Nous (Joël, Raymond et moi) voici une nouvelle fois au bout du monde, au bout de l’Aude, au bout de la route qui se termine au hameau de Castanviels, repère de notre ami Michel alias Bergasol.

Grâce à lui (et au SCM), nous allons à nouveau visiter le splendide réseau des Vents d’Anges situé très près du hameau.

Le but cette fois ci est de photographier les très belles cristallisations que l’on trouve à profusion dans ce surprenant réseau souterrain (et accessoirement de tester mon nouvel objectif macro de 100mm. Le rapport de 1 sur 1 devrait permettre de capturer de beaux détails dans les bouquets d’aragonite).

Vers 9h00, nous sommes à l’entrée de la cavité qui aspire un fort courant d’air.

Peu après les passages (légèrement) étroits de la zone d’entrée nous arrivons à la vaste salle du CPE. Au bas de celle-ci vers -100, nous rencontrons les premières très belles concrétions (attention le plafond est bas et les cristallisations d’une extrême fragilité !!!).

Déballage du matos : pied photo, reflex et éclairages divers.

C’est en faisant de la photo , et notamment de la macro, que l’on découvre la véritable richesse du concrétionnement de cette grotte.

Jamais au cours de mes précédentes descentes je n’avais remarqué ces infimes et magnifiques détails qui font  de ce concrétionnement un des « must » du monde spéléo.

Une fois la séance photo macro terminée, je range mon objectif pour le remplacer par mon favori : Le IRIX 15mm. Direction le secteur des baguettes de gour vers -250.

On arrive très vite au méandre actif après la descente de quelques rampes assez étroites qui n’ont miraculeusement pas été comblées par les éboulis pourtant abondants.

Le débit du ruisseau est assez important et on commence à être inquiets car on sait qu’on se rapproche des « bains douches »…

Notre inquiétude se confirme quand on découvre le fameux passage !

C’est en fait un passage assez étroit dont la particularité est qu’il est « humidifié » par un petit « pipi » qui coule en plein milieu (d’où son nom « les bains douches » et qu’on ne peut éviter.

Aujourd’hui le « petit pipi » s’est transformé en grosse cascade et on commence à regretter sérieusement de ne pas avoir amené un bout de bâche pour détourner le flot assassin !

Le passage se passe aussi mal que prévu mais on se retrouve vite tous les quatre de l’autre côté de l’obstacle, trempés de l’oreille au fond du slip ! Michel a même rempli une de ses bottes !

Nous continuons vers le fond, nous passons près de la grande coulée blanche et nous arrivons enfin aux baguettes de gour.

Le matos photo est à nouveau déballé et nous mitraillons les belles galeries en remontant vers les bains douches. Les trois flash Yongnuo et le gros Godox s’en donnent à coeur joie.

Les séances photos étant terminées, le matos est à nouveau reconditionné dans les boîtes étanches et il n’y a plus qu’à remonter tranquillement à la surface.

Le passage des bains douches est à nouveau franchi – On s’en fout on est déjà trempe comme des canards –

On se réchauffe vite dans la remontée du méandre et les rampes conduisant à la salle du CPE.

On est dehors vers 17h00, passablement affamés car la bouffe était restée… Dans le coffre de la voiture !!!

Merci au SCM qui nous a permis de visiter à nouveau cette exceptionnelle cavité. Bravo pour le très efficace jalonnement qui protège bien les endroits les plus fragiles.